• Au fil des jours


  • Mercredi 20 juillet 2011

    Nous arrivons à LA GRAN SABANA, zone du territoire venezuelien dont on nous a beaucoup parlé. Nous ne sommes vraiment pas déçus. Cette zone naturelle et préservée est magnifique.

    La traversée du parc est ponctuée de chutes

    Les animaux sauvages sont rares, les tribus indigènes provocants denombreux incendies


    Afficher cet article →


  • Lundi 18 juillet 2011

    De nouveau sur la route, nous amorçons la descente vers le nord du Brésil. Apperçus du quotidien

    La peinture d'un pont : simple non ?

    Comme en Colombie, c'est la population qui entretient les routes ; ici, un homme fait fondre des mottes de goudrons pour boucher quleques trous.


    Afficher cet article →


  • Dimanche 17 juillet 2011

    Enfin du beau !

    Les camions n'étant pas autorisés à rouler le dimanche, nous passons le week-end à CIUDAD BOLIVAR, à l'hotel " Laja Real".

    Simon Bolivar, el Libertador, a vécu dans cette ville et sa maison se visite.

    Nous nous sommes longuement promenés dans le centre historique de la ville


    Afficher cet article →


  • Samedi 16 juillet 2011

    Le paysage et le discours ne changent guère ...

    Mais pas de doute, nous approchons de l'Amazonie !

    En passant sur le pont de Ciudad Bolivar, nous avons d'ailleurs le sentiment de basculer dans une autre nature


    Afficher cet article →


  • Vendredi 15 juillet 2011

    Le président Chavez a eu la bonne idée de suprimer tous les péages. Du coup, les routes, non entretenues, sont dans un état ... difficile ! Touriste : ne jamais demander sa route à un policier venezuelien. Même s'il allait vous laisser passer, il va vous ordonner de vous garer, examiner chacun de vos papiers pendant de longues minutes (sans les comprendre !!), vous poser des tas de questions surprenantes ; nous, ayant indiqué que nous voyagions en famille et allions à San Carlos, soit 20km plus loin, le policier nous a demandé si nous y allions tous les 4 !!! Le paysage ne varie pas beaucoup bien que nous avalions les km. Le pays est gorgé d'eau, mais l'eau potable est rare et chère ! Un pays où le socialisme n'a pas résolu le problème de la pauvreté Un pays où ce sont les chinois qui financent les voies ferrées ; et ils le font savoir ! Scène de vie quotidienne : le repas dela marchande de chapeaux

    Le président Chavez a eu la bonne idée de suprimer tous les péages. Du coup, les routes, non entretenues, sont dans un état ... difficile !

    Touriste : ne jamais demander sa route à un policier venezuelien. Même s'il allait vous laisser passer, il va vous ordonner de vous garer, examiner chacun de vos papiers pendant de longues minutes (sans les comprendre !!), vous poser des tas de questions surprenantes ; nous, ayant indiqué que nous voyagions en famille et allions à San Carlos, soit 20km plus loin, le policier nous a demandé si nous y allions tous les 4 !!!

    Le paysage ne varie pas beaucoup bien que nous avalions les km. Le pays est gorgé d'eau, mais l'eau potable est rare et chère !

    Un pays où le socialisme n'a pas résolu le problème de la pauvreté

    Un pays où ce sont les chinois qui financent les voies ferrées ; et ils le font savoir !

    Scène de vie quotidienne : le repas dela marchande de chapeaux


    Afficher cet article →


  • Mardi 12 juillet 2011

    Une des 1ères choses qui frappe en entrant au Venezuela : les voitures américaines, aussi vieilles qu'énormes.

    Phénomènes naturels étranges

    L'entretien des routes est souvent laissé à la population, contre pourboire ; et quasi chaque dos-d'âne est investi pour un ou plusieurs marchants ambulants proposant café chaud, fruits, légumes, gateaux, laitages ...

    Un pays résolument socialiste et qui le fait savoir ; et où il est impossible de faire 50km sans être contrôlé par une force armée qui vérifie les papiers, fouille les véhicules et demande des dollars !


    Afficher cet article →


  • Lundi 11 juillet 2011

    Nous sommes enfin en Republica Bolivariana de Venezuela !

    1er jour difficile : 4 heures de paperasse à la frontière, uniquement pour le camion, 1heure de queue pour faire le plein de gasoil (au pays du pétrole) et tous nos papiers à présenter toutes les 30mn aux diverses forces de police ou de l'armée. Ajoutez un ciel gris, et bonjour l'ambiance !!!


    Afficher cet article →


  • Dimanche 10 juillet 2011

    Bloqués sur la frontière Colombie/Venezuela : des douaniers venezueliens faisant les papiers pour le transit des véhicules ne travaillent pas le week-end !

    Sympas, les douaniers colombiens nous ont proposé d'attendre lundi en dormant sur leur parking. Ils nous ont même dourni l'eau pour notre réservoir.

    Dans le même temps, une course en patins à roulettes se déroulait entre les 2 pays :

    Après la course, nous allons visiter la chapelle dans laquelle, en présence de Simon Bolivar et Paul Santander, la 1ère constitution colombienne et une déclaration d'entente fraternelle et perpétuelle entre la Colombie et le Venezuela ont été rédigées en 1875.

    Et dans le parc qui entoure ce qui reste de ce lieu historique, pousse un palmier à 3 troncs !


    Afficher cet article →


  • Samedi 09 juillet 2011

    Réveil au dessus des nuages (3300m).

    A cette altitude, les gens vivent différemment ; les maisons sont petites, accrochées aux pentes

    Nous dépassons Pamplona, ses arènes et ses vieilles maisons espagnoles

    A quelques km de la frontière Colombie/Vénézuela, la vente de carburant "au gérican" se multiplie. Normal : la différence de prix du carburant entre les deux pays est de plus de260% !


    Afficher cet article →


  • Jeudi 07 juillet 2011

    En colombie, dès que l'on prend un peu de hauteur, les routes se dégradent.

    Alors quasi tous les km, il y a des blocages et des travaux

    Mais des travaux plus importants sont aussi entrepris : perçage de tunel, barrages.

    Mais être en hauteur donne aussi l'avantage de vues superbes !


    Afficher cet article →