• Pêcheurs d’algues (Pérou)

    130416 Per Atico Algues sèchant 1C’est en longeant la côte Pacifique entre CAMANA et PUERTO INCA que nous avons pu voir de près cette activité. Hommes, femmes et parfois même enfants, ils sont très nombreux à arrondir leur fin de mois ou à avoir pour revenu principal la pêche d’algues.

    Le matériel nécessaire est simple : un grappin très artisanal, une longue corde, des chaussettes ou des chaussures à semelle caoutchouc, et chapeau et parfois des gants ou même une combinaison de plongée.

                                        130416 Per Atico Pêche grappin    IMGP6746

    La pêche consiste donc à lancer son grappin le plus loin possible lorsqu’on aperçoit un paquet d’algues et de le ramener à soi. Sauf que cela se passe sur des rochers, souvent glissants, et en s’assurant de ne pas être emporté par une vague plus grosse que les autres. Autre partie difficile : les lieux de pêche sont très souvent en contrebas de la route et il faut donc remonter les algues (par une pente bien abrupte) jusqu’au véhicule qui les transportera au lieu de pesée.

           130416 Per Atico Pêche lancé    IMGP6753

     IMGP6803  IMGP6758

    Les algues sèchent au soleil de 2 à 3 jours, à même les rochers ou dans une cour avant d’être mises ballots ou en sacs. Ces paquets sont pesés et la rémunération est de 1 sol par kg, sachant que la pêche peut varier, pour une journée, de pas grand chose à une tonne (pour un homme) ; une pêcheuse m’a expliqué que c’était l’activité qui rapportait le plus, et qui permettait de payer l’alimentation, les vêtements et l’éducation des enfants.

               150416 Per Puerto Inca Algues pesée     150416 Per Puerto Inca Algues transport

    Les algues sont ensuite expédiées au Japon (mais non, pas avec cette voiture !) où l’industrie les transforme en médicaments, cosmétiques, détergents, et aliments pour animaux.